des aménagements pour les "dys"

Illustration pour l'actualité des aménagements pour les "dys"
Retrouvez sur notre site le dossier de rentrée qui fait le point sur les étapes de la prise en charge des besoins des enfants "dys" :

Quels aménagements pour nos « dys » ?

On commence par reconnaître la nature des difficultés grâce aux premiers bilans. Plus les troubles apparaissent tôt dans l’enfance et plus la prise en charge risque d'être conséquente.

C’est logique : un « dys » qui n’arrive pas à compenser dès le CP présente forcément des troubles plus importants qu’un enfant qui compense spontanément pendant plusieurs années.

D'où l'importance de faire un repérage et un dépistage le plus tôt possible.

Ça veut dire quoi ?

A partir du moment où un professionnel de la petite enfance, un enseignant, un professionnel de santé vous alerte sur un trouble chez votre enfant, vous pouvez déjà commencer

- soit avec l’aide de l’outil IDENTIDYS : https://www.identidys.com/,

- soit avec l’aide de votre médecin traitant à faire un repérage.

Si le dépistage confirme un trouble, on active les bilans avec des professionnels de santé : orthophoniste, ORL, ophtalmologue, neuropsychologue, ergo thérapeute, psychomotricien…

C’est au terme de ces différents bilans que l’on pourra poser un diagnostic.

Il ne faut pas en avoir peur, il vaut mieux savoir ce qui se passe que de rester dans un doute qui sera encore plus anxiogène.

Avant 6 ans

Une consultation spécialisée existe dans notre département

La Plateforme de Coordination et d’Orientation des troubles du neurodéveloppement (PCO) intervient sur l’ensemble du territoire des Alpes-Maritimes et c’est votre médecin traitant qui peut vous y adresser grâce au formulaire :

Plateforme de Coordination et d’Orientation – Fondation Lenval pour enfants

A l’école et au collège

Les enfants « dys » ont besoin de la meilleure harmonie possible entre leurs parents et leurs enseignants.

Pour établir des relations positives avec les enseignants :

L’objectif est l‘intégration scolaire avec le moins de souffrances possible pour l’enfant en montrant à l’enseignant que la famille va tenir sa place aux côtés de l’enseignant et pas en opposition.

Pour cela il est utile de mettre en place au moins un projet d'accompagnement personnalisé (PAP) et, dès la reconnaissance par la MDPH, un projet peronnel de scolarité (PPS).

Au lycée

· Si un PPS existe, il faut le mettre à jour en concertation avec l’orthophoniste et les autres intervenants.

Au moins deux choses sont importantes : continuer assidûment les soins et dialoguer avec l’équipe enseignante.

· Une date limite importante :

C’est avant l’inscription aux examens (novembre de l’année de première) qu’il faut demander en ligne des aménagements d’épreuves.

Examens et diplômes | Académie de Nice (ac-nice.fr)

Nos adhérents bénéficient d'un accompagnement personnalisé. On peut adhérer en ligne sur le site.